Comparatif des régimes de retraite Ircantec et Agirc-Arrco : Quelles sont les différences ?

Comparatif des régimes de retraite Ircantec et Agirc-Arrco : Découvrez les principales différences entre ces deux régimes et choisissez celui qui correspond le mieux à vos besoins.

Dans cet article, nous examinerons les régimes de retraite Ircantec et Agirc-Arrco, en mettant en évidence les principales différences entre les deux. La retraite est une préoccupation majeure pour de nombreux professionnels, et il est essentiel de comprendre les particularités de chaque régime pour prendre des décisions éclairées concernant notre avenir financier. En analysant les critères tels que les bénéficiaires, les cotisations, les prestations et les conditions d’admissibilité, nous fournirons une comparaison détaillée qui vous aidera à mieux comprendre ces régimes de retraite et à choisir celui qui convient le mieux à vos besoins.

I. Présentation de l’Ircantec et de l’Agirc-Arrco

L’Ircantec et l’Agirc-Arrco sont deux régimes de retraite complémentaire en France. Ils ont tous les deux pour objectif de garantir aux salariés du secteur privé une pension de retraite complémentaire à celle versée par le régime de base de la Sécurité sociale.

A. L’Ircantec

L’Ircantec, qui signifie Institution de Retraite Complémentaire des Agents Non Titulaires de l’État et des Collectivités publiques, est un régime de retraite spécifique aux agents non titulaires de la fonction publique et aux salariés des collectivités territoriales. Il a été créé en 1971 et est géré par une association constituée entre les employeurs publics.

B. L’Agirc-Arrco

L’Agirc-Arrco est un régime de retraite complémentaire obligatoire pour tous les salariés du secteur privé en France. Il regroupe les régimes Agirc et Arrco, qui étaient autrefois distincts mais qui ont fusionné en 2019. L’Agirc était destiné aux cadres et l’Arrco aux salariés non cadres. Cette fusion permet de simplifier les démarches administratives et de garantir une meilleure équité entre les assurés.

II. Les bénéficiaires des régimes de retraite

A. Bénéficiaires de l’Ircantec

Les bénéficiaires de l’Ircantec sont les agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques, ainsi que les salariés des collectivités territoriales. Il s’agit donc des personnes travaillant dans le secteur public mais n’ayant pas le statut de fonctionnaire.

B. Bénéficiaires de l’Agirc-Arrco

Les bénéficiaires de l’Agirc-Arrco sont tous les salariés du secteur privé en France, qu’ils soient cadres ou non. Ce régime concerne donc une population plus large que l’Ircantec.

III. Les conditions d’adhésion

A. Conditions d’adhésion à l’Ircantec

Pour adhérer à l’Ircantec, il faut être un agent non titulaire de l’État ou des collectivités publiques, ou bien un salarié d’une collectivité territoriale. L’adhésion est automatique dès lors que l’on remplit ces critères.

B. Conditions d’adhésion à l’Agirc-Arrco

L’adhésion à l’Agirc-Arrco est obligatoire pour tous les salariés du secteur privé en France, quelle que soit leur catégorie professionnelle. Il n’est pas nécessaire de remplir de conditions particulières pour y adhérer.

IV. Les cotisations

A. Les cotisations à l’Ircantec

Les cotisations à l’Ircantec sont calculées sur la base du traitement indiciaire brut des agents non titulaires. Le taux de cotisation est fixé à 10,83% pour l’employeur et à 3,72% pour l’agent non titulaire. Ces cotisations sont prélevées directement sur le salaire.

B. Les cotisations à l’Agirc-Arrco

Les cotisations à l’Agirc-Arrco sont calculées sur la base du salaire brut soumis à cotisation de Sécurité sociale. Le taux varie en fonction des tranches de salaire et peut être modifié chaque année. Ces cotisations sont également prélevées directement sur le salaire.

V. Les prestations de retraite

A. Les prestations de retraite de l’Ircantec

Les prestations de retraite de l’Ircantec sont calculées en fonction du nombre de points accumulés tout au long de la carrière de l’agent non titulaire. Chaque point a une valeur de service fixée annuellement. Le montant de la pension dépend donc du nombre de points accumulés et de la valeur du point au moment du départ à la retraite.

B. Les prestations de retraite de l’Agirc-Arrco

Les prestations de retraite de l’Agirc-Arrco sont calculées en fonction des points acquis tout au long de la carrière professionnelle. Chaque année travaillée donne droit à un certain nombre de points, en fonction du salaire et de la durée de cotisation. Le montant de la pension est ensuite calculé en multipliant le nombre de points acquis par la valeur du point au moment du départ à la retraite.

VI. Les spécificités et avantages

A. Les spécificités de l’Ircantec

Une des spécificités de l’Ircantec est qu’il s’adresse uniquement aux agents non titulaires de la fonction publique et aux salariés des collectivités territoriales. De plus, les bénéficiaires peuvent cumuler leur pension Ircantec avec d’autres régimes de retraite auxquels ils ont pu cotiser au cours de leur carrière.

B. Les spécificités de l’Agirc-Arrco

L’Agirc-Arrco regroupe les régimes Agirc et Arrco, ce qui permet une harmonisation des règles et une simplification des démarches administratives pour les assurés. De plus, l’Agirc-Arrco offre des garanties de retraite complémentaire identiques pour tous les salariés du secteur privé, quel que soit leur statut.

VII. Les inconvénients et limites

A. Les inconvénients de l’Ircantec

L’un des inconvénients de l’Ircantec est qu’il ne concerne qu’un public spécifique, à savoir les agents non titulaires de la fonction publique et les salariés des collectivités territoriales. De plus, le montant de la pension de retraite est calculé en fonction du nombre de points accumulés, ce qui peut être moins prévisible que d’autres régimes de retraite.

B. Les limites de l’Agirc-Arrco

Une des limites de l’Agirc-Arrco est qu’il est obligatoire pour tous les salariés du secteur privé, ce qui peut entraîner des cotisations élevées pour certains. De plus, le montant de la pension de retraite dépend du nombre de points acquis, ce qui peut être moins favorable pour les salariés aux carrières moins linéaires.

VIII. Les évolutions récentes

A. Évolutions récentes de l’Ircantec

Ces dernières années, l’Ircantec a connu des évolutions importantes notamment dans le calcul des cotisations et des prestations. Des réformes ont été mises en place pour garantir la pérennité du régime et mieux prendre en compte la spécificité des cotisants, notamment en ce qui concerne la précarité de l’emploi.

B. Évolutions récentes de l’Agirc-Arrco

La fusion de l’Agirc et de l’Arrco en 2019 a été l’une des principales évolutions récentes de ce régime. Cela a permis une simplification des démarches administratives et une meilleure équité entre les assurés. De plus, des mesures ont été prises pour favoriser la retraite progressive et l’acquisition de droits pour les aidants familiaux.

IX. Les avantages fiscaux

A. Avantages fiscaux de l’Ircantec

Les cotisations versées à l’Ircantec bénéficient d’avantages fiscaux. Elles sont déductibles du revenu imposable dans la limite d’un plafond fixé chaque année. Cela permet de réduire le montant de l’impôt sur le revenu.

B. Avantages fiscaux de l’Agirc-Arrco

Les cotisations versées à l’Agirc-Arrco bénéficient également d’avantages fiscaux. Elles sont également déductibles du revenu imposable dans la limite d’un plafond fixé chaque année. Cela permet aux assurés de réduire leur impôt sur le revenu.

X. Conclusion

En conclusion, l’Ircantec et l’Agirc-Arrco sont deux régimes de retraite complémentaire qui s’adressent à des publics différents. L’Ircantec concerne les agents non titulaires de la fonction publique et les salariés des collectivités territoriales, tandis que l’Agirc-Arrco concerne tous les salariés du secteur privé. Chaque régime a ses spécificités, avantages et limites. Il est important de bien comprendre les règles et les conditions de chaque régime avant de prendre des décisions concernant sa retraite.

5/5 - (2 votes)